Choisissez votre radio
Connect with us

5 étudiantes créent une paille anti-GHB


Insolite

5 étudiantes créent une paille anti-GHB

5 étudiantes créent une paille anti-GHB

Après l’ascension fulgurante du hashtag #balancetonbar sur Twitter, 5 étudiantes nantaises ont créé une astuce révolutionnaire : une paille capable de détecter le GHB présent dans une boisson. De quoi nous permettre de sortir l’esprit tranquille ! 

Depuis plusieurs mois, énormément de victimes partagent des témoignages glaçants à travers ce hashtag. De nombreuses femmes racontent leurs terribles expériences afin de sensibiliser aux dangers de cette drogue souvent glissée dans les verres.

Une substance presque indétectable

Le GHB est plus connu sous l’appellation « drogue du violeur ». Son aspect incolore et indolore le rend indétectable à l’oeil nu. Substance aux propriétés sédatives et amnistiantes, cette molécule plonge ses victimes dans un état inconscient qui les rend incapables de résister à quoi que se soit. Une quantité inférieure à la taille d’un grain de riz est suffisante pour provoquer des effets dévastateurs !

Pour éviter ce genre d’incident, les recommandations sont nombreuses : « Mets ta main sur ton verre », « Ne laisse pas ta boisson sans surveillance » etc… Mais, une tragédie est vite arrivée. Depuis quelques années, nombreux sont les prédateurs qui usent de cette technique pour passer à l’acte, ce qui plonge la plupart des femmes dans une grande insécurité.

Sortir en toute sécurité

Cet objet part d’un concept assez simple. Il s’agit d’un anneau de couleur jaune fixé sur une paille en acier inoxydable. Ce dernier devient vert, s’il se retrouve en contact de la molécule de GHB.

Ce système révolutionnaire pourrait empêcher les personnes malintentionnées d’agir et protéger les potentielles cibles !

Un projet sensé

Au micro de la chaine BFM TV, les étudiantes déclarent : « On devrait construire un business plan autour d’une innovation. Et on s’est dit que commercialiser une paille anti-drogue, ce serait une bonne idée parce qu’on connaît toutes, de près ou de loin, quelqu’un qui en a été victime ».

Elle ajoutent : « Franchement autour de nous, on entend assez souvent des histoires de filles qui ont été droguées à leur insu en soirée. C’est l’accumulation des témoignages qui nous a donné l’idée de ce projet. On connaît une fille à qui c’est arrivé récemment à Toulouse, une autre à Noirmoutiers… En temps que jeunes femmes, nous aussi on va en soirée. Et c’est vrai que quand on sort, la peur que ça nous arrive est toujours dans un coin de notre tête ».

Un beau projet qui en rassurera plus d’un.e !🍹

Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Insolite

Publicité

Populaire

Publicité

Retrouvez One FM sur tous les supports

écrans
To Top